Projets

Sénégal · souveraineté alimentaire

A travers la participation à des ateliers d’échanges organisés par le partenaire – sélection et préservation des semences, transformation et commercialisation, renforcement des femmes -accès au pouvoir et aux moyens de production-, accaparement des terres, éducation environnementale, assainissement, budget participatif … – et aux activités agricoles de la communauté -culture du mil et de l’arachide, reboisement, construction de diguettes pour contrer la salinisation-, les volontaire découvrent les réalités de la campagne sénégalaise et les défis auxquels les paysans et paysannes sont confronté·e·s.

Après quelques jours passés à Dakar au siège de l’association pour découvrir le contexte et les enjeux au Sénégal ainsi que le travail du partenaire, le groupe se rend en zone rurale, dans la communauté d’accueil. Les volontaires logent en famille et se joignent à une partie des activités du quotidien d’un groupement local.

 

On s’est vraiment rendu compte de la situation actuelle dans le monde et de la place qu’on y tient et ce projet nous aide à avoir une vision et une implication différente dans celui-ci

Le partenaire local

  • Cela fait bientôt 30 ans qu’Enda Pro Nat est engagée dans la promotion de l’agro-écologie. Elle est créée en 1982, suite à une étude sur les pesticides démontrant que l’utilisation massive et incontrôlée de substances chimiques entraine une baisse de la fertilité des sols et des rendements, un endettement des productrices et des producteurs, une intoxication des hommes et des animaux avec, comme conséquence, un fort exode rural.
  • Petit à petit, Enda Pro Nat a développé une démarche de ‘recherche-action’ avec les communautés paysannes pour promouvoir un modèle agricole alternatif, sain et durable ainsi qu’une gestion plus responsable des terroirs. Elle propose ateliers, ‘champs-école’, formations, visites d’échanges…
  • Depuis 2009, Pro Nat s’engage fortement dans la lutte contre l’accaparement des terres, phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur au Sénégal et qui menace les sociétés paysannes de disparition.

Ce qu'apporte le projet

  • Aux participant·e·s : Le renforcement des connaissances sur la mondialisation et le développement, les organisations internationales, les relations interculturelles, le monde de la coopération internationale et de ses acteurs ; Une compréhension approfondie des liens entre réalités locales et enjeux globaux, entre réalités du « Nord » et réalités du « Sud » ; La découverte et la participation à des dynamiques sociales alternatives concrètes portées par des acteurs du « Sud » et du « Nord » ; Des capacités d’interaction dans un contexte multiculturel ; Une ouverture aux modèles socioculturels sénégalais ; De meilleures connaissances sur la société civile au Sénégal, sur les luttes portées par les communautés locales, les enjeux environnementaux et culturels ainsi que sur la souveraineté alimentaire.
  • A Enda Pro Nat et aux communautés d’accueil : Une expérience hors du commun pour des communautés isolées, la création d’une dynamique collective au sein de la communauté, un échange culturel, une valorisation de leurs combats, une visibilité des enjeux et des difficultés vécus par la communauté d’accueil, un soutien à la constitution de cette association.
  • Pour toustes, le projet est une nouvelle forme de solidarité internationale et permet de déconstruire les stéréotypes respectifs.

L'immersion · en pratique

  • Vie du groupe : hormis l’arrivée à dans la capitale, les projets se réalisent en milieu rural dans un village relativement isolé. Les conditions de vie sont simples. Le logement se fait en famille d’accueil.
  • Encadrement : le groupe de volontaires est en lien avec Myriam Sow (Coordinatrice d’Enda Pronat et également présidente du CA du réseau international Enda Tiers Monde) ; Laure Diallo (Française d’origine, elle vit au Sénégal depuis de nombreuses années. Elle est en charge du suivi et de l’évaluation des programmes au sein de Pronat et rencontre le groupe au siège de l’association à Dakar), Salma Bidjil et Alassane Ndiaye (chargés de projet pour Pronat à Diouroup. Ils accompagnent les collectivités et travaillent en étroite collaboration avec l’UCT, partenaire local de Pronat)
  • Transports : bus locaux, taxis collectifs

Conditions de participation à un projet

  • Pour les groupes pré-constitués : scolaire, mouvements de jeunesse… Voir les conditions spécifiques
  • En individuel : ce projet est ouvert à toute personne âgée de minimum 18 ans dans l’année. Il est nécessaire de résider en Belgique pour s’engager dans un projet, et ce pour des raisons pratiques de participation aux activités de formation.

Le projet international propose à toute personne de s’impliquer bénévolement dans des actions solidaires mises en place par des associations partenaires de Quinoa, en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Il comprend trois étapes, obligatoires :

  1. une phase préparatoire : rencontres, réunions, 1 w-e de formations, ateliers, 1 w-e de chantier local, récolte de fonds… -de février à juin ;
  2. l’immersion -1 mois en juillet/août ;
  3. un partage d’expériences en fin de projet – 1 week-end fin septembre

Il s’agit d’un processus collectif : les départs se font en groupe de 6 à 12 participant·e·s, encadré·e·s par 2 responsables de projet.

>> Toutes les infos générales sur les projets internationaux de Quinoa : inscription, coût, agenda, étapes, objectifs pédagogiques…

Contact · pré-inscription

…Envie d’en savoir plus, d’être tenu·e au courant des prochaines soirées d’infos, des rencontres de groupe, des dates d’inscription ? pré-inscris-toi (sans engagement) !

Soutenir notre partenaire local !